Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > Sciences et Education
Ces rapports gênants
(11/07/2006)
Pour les médecins, la sexualité peut reprendre 6 semaines au moins après l’enfantement.
Par Cathy Yogo et Jean Bruno Tagne

Ceux-là préfèrent par contre attendre le retour des couches (premières règles après l'accouchement) ou, le sevrage de l’enfant. Les raisons évoquées par les deux parties sont d’ordre physiologique, médical et surtout culturel. Beaucoup de personnes pensent en effet que le fait d’avoir des rapports sexuels avant le sevrage pourrait entraver la croissance de l’enfant.

Selon le docteur Pierre Sendé, gynécologue à Yaoundé, a priori, les relations sexuelles n’ont aucun impact négatif sur la croissance d’un enfant, ce qui signifie que même pendant qu’elle allaite, une femme peut continuer à s’accoupler sans problème. Il faut cependant, ajoute-t-il, attendre au moins 6 semaines.

Ce temps est nécessaire pour l’arrêt des saignements et pour guérir les blessures au cas où l’accouchement aurait entraîné une déchirure. Ce délai peut être un peu plus long chez certaines dames, notamment celles qui ont accouché par césarienne. Si ce délai n’est pas respecté, la relation sexuelle est très douloureuse et désagréable pour la femme. "Elle peut également ouvrir la blessure", explique le Dr Richard Kwankeu, gynécologue à Yaoundé.

Contraception

Il faut également noter qu’une relation sexuelle pendant le saignement post-natal est dangereuse parce que les risques d’infection de toutes sortes sont élevés. "Après l’accouchement, les saignements diminuent progressivement pour laisser place à un liquide séreux de plus en plus claire qu'on appelle lochies.

Mais quand il y a infection, les saignements persistent, il y a des écoulements malodorants et purulents. Dans ces cas là, il rapidement consulter un médecin", conseille le Dr Emmanuel Tabi, gynécologue à Yaoundé.

Par ailleurs, quoi qu’il en soit, pour les médecins, la femme ne doit pas reprendre les rapports sexuels tant qu’elle n’a pas encore repris la contraception. Ceci lui permet d’espacer ses naissances. Car pour les médecins, ce procédé aide à protéger la santé des enfants. "Une femme assure mieux la santé de son enfant quand elle attend 24 mois pour avoir un autre enfant.

Un enfant né trop tôt est vulnérable parce que la mère ne s’est pas encore remise de l’épuisement des vitamines, de la perte de sang, et des dégâts causés à l’appareil reproducteur par la naissance précédente", explique Marie Hélène Etoundi, sage femme. Cette dernière ajoute que, lorsque les naissances ne sont pas respectées, le fœtus risque de ne pas obtenir la nourriture dont il a besoin, et l’enfant peut avoir un faible poids à la naissance, avec un système immunitaire sous-développé.

Il peut toutefois arriver que même après avoir respecté toutes ces conditions, la femme n’ait pas envie de faire l’amour. En effet, certaines femmes peuvent avoir peur de souffrir surtout après une césarienne ou une épisiotomie. D’autres ont tout simplement honte de leur corps : ventre gros et vagin distendu par le passage du bébé et, parfois, par l’utilisation de forceps.

Pour venir à bout de ce problème, certains psychologues conseillent au conjoint d’être patient et d’attendre que son épouse soit prête pour la reprise de leurs relations sexuelles. Quand bien même le moment sera arrivé, il doit faire montre de tendresse et d’imagination pour pouvoir re-éveiller la libido qui de toutes les façons ne sera pas comme avant dès les premiers coups. Tout rentrera dans l’ordre petit à petit.


Source: Quotidien Mutations


Partager l'article sur Facebook
 
Discussions Discussion: 6 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2018. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site